deutsch
english
francais
italiano
espanol
Photo
Anti-trust

Coordination contre les méfaits de Bayer
Communiqué de presse du 17 octobre 2005

Nouvelle condamnation anti-trust à l'encontre de BAYER

Entente sur le prix des médicaments facturés aux hôpitaux portugais

L'administration portugaise de contrôle anti-trust a condamné un groupe de cinq firmes pharmaceutiques à des amendes d'un montant total de 16 millions d'euros. Parmi elles, la firme BAYER, de Leverkusen, condamnée à 5,2 millions d'amende, ainsi que les trusts étasuniens ABBOTT et JOHNSON & JOHNSON.

Ces trusts s'étaient entendus sur les prix de médicaments livrés à 22 hôpitaux. Cette entente avait " entravé, limité ou faussé " la concurrence entre les fournisseurs, selon les enquêteurs portugais. Les enquêtes avaient été diligentées à la suite d'une plainte déposée par l'hôpital de la ville de Coïmbre, la troisième du Portugal ; les cinq trusts impliqués avaient réclamé le même prix pour un médicament lors d'un appel d'offres.

" BAYER n'a absolument pas conscience s'être dans son tort. La firme est régulièrement convaincue d'ententes illégales sur les prix - l'addition, ce sont les consommateurs ou l'Etat qui la paient. Il est à craindre que la plupart de ces agissements délictueux ne soient jamais découverts " dit Philipp Mimkes, de la Coordination contre les méfaits de Bayer(CBG). Cette association, qui surveille la firme depuis 25 ans, a établi l'existence d'un grand nombre de fraudes identiques et abordé plusieurs fois ce sujet lors des assemblées générales de BAYER. Elle exige qu'on en tire les conséquences pénales pour les membres du Conseil d'administration de la firme.

Dans le passé BAYER a été la cible de nombreuses procédures pour fraude. Au cours de l'été 2004 BAYER a dû payer 66 millions de dollars d'amende à la suite d'une entente sur les prix pratiquée avec des concurrents pour des produits chimiques dérivés du caoutchouc. L'automne dernier, ce furent 33 millions de dollars pour une entente sur des précurseurs de matières plastiques. Dans les années 90, Haarmann & Reimer, alors filiale de BAYER, avait conclu avec cinq concurrents un accord de cartel pour l'acide citrique. Les firmes avaient négocié des quotas de vente pour chacune et à l'avance fixé exactement les prix définitifs. Haarmann & Reimer fut condamnée à 100 millions de dollars d'amende - la deuxième amende , par ordre de grandeur, jamais fixée au Etats-Unis au titre de l'entente illégale entre cartels.