deutsch
english
francais
italiano
espanol
Photo
Australie

Communiqué de presse de la "Coordination contre les méfaits de BAYER" du 10 juin 2003

Australie: BAYER refuse de supporter la responsabilité des dommages causés par les plantes génétiquement modifiées

"Il faut que les multinationales soient responsables de leurs actes".

Dans une lettre ouverte, le réseau australien des agriculteurs responsables (NFC: Network of Concerned Farmes) demande à BAYER Cropscience de prendre en charge tous les coûts liés à la culture d'OGM. Jusqu'à maintenant, la culture d'aliments génétiquement modifiés est interdite en Australie, mais la firme BAYER fait pression pour que le colza génétiquement modifiés soit autorisé. L'Australie perdrait alors son statut de pays indemne d'OGM et les agriculteurs qui voudraient produire sans OGM seraient obligés de prouver la pureté de leur produits par de coûteuses analyses. Dans une prise de position, l'entreprise BAYER a refusé de répondre à la demande du réseau.

"Si les responsables de BAYER sont sûrs que la culture de colza génétiquement modifié ne crée aucun problème, qu'ils prennent en charge tous les frais qui peuvent en découler" a déclaré Julie Newman, la porte-parole de NFC. "Manifestement les multinationales prévoient de faire porter les coûts liés à l'introduction d'OGM aux agriculteurs qui veulent travailler sans OGM. Ceux-ci n'ont ni la possibilité ni la volonté de subventionner des entreprises telles que BAYER ou MONSANTO. Ils faut que ces firmes portent toute la responsabilité de leurs produits." Les frais que les agriculteurs sans OGM devraient engager pour des analyses et pour trier les impuretés dues aux OGM s'élèveraient à 10 à 20 % du prix de vente.

Dans sa lettre à BAYER Cropscience, NCF écrit: "Comme vous le savez, la culture à grande échelle de colza OGM comporte de nombreux problèmes non résolus. En tant que réseau d'agriculteurs travaillant sans OGM, nous refusons de supporter quelque frais que ce soit lié à la contamination de champs sans OGM par des plantes voisines manipulées génétiquement. Nous insistons sur le fait que BAYER Cropscience prennent en charge tous les frais liés au contrôle de ses produits."

NFC fait remarquer que des importateurs aussi importants que la Chine et l'Union Européenne n'acceptent d'acheter que du colza libre d'OGM et que ces marchés seront compromis. Des analyses effectuées au Canada ont montré que 95% du colza cultivé en agriculture biologique avaient été contaminés par des gènes étrangers.

Vous trouverez la lettre ouverte et des informations sur NFC à l'adresse suivante: www.non-gm-farmers.com