deutsch
english
francais
italiano
espanol
Photo
Afrique du Sud

Communiqué de presse du 4 janvier 2005

Afrique du Sud: Une usine BAYER pollue la nappe phréatique

La municipalité de Durban met la population en garde contre un chrome extrêmement toxique.

La municipalité de Durban en Afrique du Sud a trouvé des composés de chrome extrêmement toxiques dans la nappe phréatique. Ces produits cancérigènes ont été détectés dans les environs de l'usine chimique de la firme BAYER, au sud de la ville. Il a été recommandé aux habitants de ne plus boire l'eau des puits environnants et de ne plus l'utiliser pour faire la cuisine. Selon des déclarations de BAYER, la contamination est à mettre au compte de pollutions antérieures et on ignore comment elle a pu pénétrer dans le sous-sol. Pour réhabiliter le site industriel, l'entreprise a constitué des provisions s'élevant à 40 millions d'euros.

Umi Sankar, chef des services d'hygiène de Durban, conseille à toute personne ayant consommé de l'eau contaminée, de se rendre immédiatement chez un médecin. Des représentants des comités locaux de défense des citoyens craignent que cette eau empoisonnée n'ait pu s'infiltrer dans des canalisations d'eau potable défectueuses.

Pour Philipp Mimkes de la Coordination contre les méfaits de BAYER "L'usine de chrome de Durban s'est rendue tristement célèbre en raison d'une multitude de cas d'empoisonnements. Les provisions financières constituées par la firme doivent servir à décontaminer aussi complétement que possible le site et à dédommager convenablement les victimes d'empoisonnement; si nécessaire BAYER doit mettre à disposition des moyens supplémentaires."

BAYER a repris la firme Chrome Chemicals en 1968 et y a produit des composés de chrome hautement toxiques jusqu'au début des années 90. Des équipements de sécurité insuffisants furent à l'origine de nombreux cas d'empoisonnement, et dans un rapport, le régime d'apartheid lui-même critiqua les lacunes au niveau de la sécurité et les problèmes de santé des travailleurs. Un tiers du personnel fut en effet victime de graves troubles de santé, dont au moins dix personnes moururent.

Suite aux protestations des syndicats sud-africains et de la Coordination contre les méfaits de BAYER qui déclenchèrent toute une série de reportages dans les média, BAYER arrêta la production de chrome hexavalent en 1991 et licencia une grande partie des employés. Bien qu'en Allemagne, le cancer des poumons soit reconnu comme maladie du travail chez les ouvriers du chrome depuis 1936, l'entreprise refusa tout dédommagement aux ouvriers sud-africains atteints de cette maladie ainsi qu'à leur famille. A Durban, on passa à la production de chrome trivalent, moins dangereux.

BAYER est l'un des plus importants producteurs de chrome du monde. Cette production a été stoppée, il y a quelques années, en Allemagne et au Brésil pour ne plus s'effectuer qu'en Afrique du Sud. Dans le nord-ouest du pays, BAYER exploite sa propre mine de chrome. De plus BAYER possède 50 % des parts de la firme Chrom International South Africa qui produit du bichromate de sodium et de l'acide chromique. (Traduction: Edith Meyer)

Pour plus d'informations: www.iol.co.za/index.php?set_id=14&click_id=125&art_id=vn20041112064725263C956167#jump
ou contactez : CBGnetwork@aol.com