deutsch
english
francais
italiano
espanol
Photo
La guerre civile au Congo

Coordination contre les méfaits de BAYER
Septembre 2003

Congo: La cour internationale de justice enquête sur des firmes venant de 29 pays

Enquête exigée contre la filiale de Bayer H.C.Starck / Des affaires avec des partis de la guerre civile au Congo / 3 millions de morts en gros

La cour internationale de justice enquête sur des firmes venant de 29 pays qui ont financé la guerre civile au Congo par l'achat de matières premières et la livraison d'armes. L'accusateur en chef Luis Moreno-Ocampo parle du "cas le plus important depuis la deuxième guerre mondiale." Jusqu'à présent 2,5 - 3 millions d'hommes et femmes ont été victimes de cette guerre. Au début, on n'a pas publié les noms des firmes en question.

Pendant des années la firme de H.C.Starck avec siège centrale à Goslar/Allemagne était l'une des clients les plus importants pour les matières premières congolésiennes. La filiale du groupe de Bayer, temporairement, était le plus grand acheteur du minéral coltan qui contient le métal précieux de tantale. Ce métal est exploité à l'est du Congo qui est contrôlé par l'armée de rebelles RCD alliée au Rwanda.

Selon ses propres déclarations le RCD avait encaissé plus d'un million de dollars par mois avec l'éxportation du coltan et avec cet argent il avait acheté des armes et recruté des soldats. L'institut World Watch estime que, l'année passée seulement, le Rwanda a encaissé 250 millions de dollars par l'exploitaton du Coltan au Congo - beaucoup d'argent dans une région où une Kalaschnikow est en vente à 30 dollars. H.C.Starck avait longtemps nié les importations du Congo et ne les avait admises qu'après des recherches de l'ONU et de certains journalistes.

Philipp Mimkes de la Coordination contre les dangers liés à Bayer (CBG): "H.C.Starck porte sa part de responsabilité dans ces combats cruels à l'est du congo, avec des centaines de milliers de victimes. La cour internationale de justice de la Haye doit aussi enquêter contre les responsables chez Starck pour étaler au grand jour l'implication de l'entreprise dans la guerre civile." Depuis trois années la CBG fait des recherches sur cette affaire et a offert des documents à la cour de la Haye concernant le rôle de Starck au Congo.