deutsch
english
francais
italiano
espanol
Photo
Des pesticides dans le lait

TF1, 24 juillet 2004

Des pesticides dans le lait

Des résidus de l'insecticide Regent TS ont été détectés dans le lait d'un élevage Vendéen. Ces analyses ont été effectuées par un laboratoire du CNRS. Le produit mis en cause avait déjà été interdit à la vente.

De l'insecticide dans le lait de vache ! L'information pourrait bien être la preuve que les opposants à l'usage massif des pesticides attendaient. Selon Me Bernard Fau, l'avocat de l'Association des victimes de pesticides agricoles, des traces de Fipronil, la molécule active de l'insecticide Regent TS, ont été décelées dans un échantillon de lait provenant d'un élevage de Vendée. L'association a précisé que ces analyses ont été commanditées par le juge d'instruction de Saint-Gaudens Jean Guary, et confiée au service central d'analyses du CNRS à Lyon.
Pour l'avocat de l'association, il n'y a aucun doute, l'expertise prouve que le produit toxique "est bien présent dans la plante, car le lait analysé provient de vaches nourries à l'ensilage de maïs traité au Regent." Le détail est d'importance car s'il est confirmé, il contredirait les affirmations du fabricant qui "présente le produit comme non rémanent dans la plante." Interrogé sur LCI Bernard Fau a évoqué le risque de contamination de la chaîne alimentaire humaine et donc d'intoxication. Cette découverte est d'autant plus inquiétante que c'est la deuxième fois que les résidus d'insecticide sont trouvés dans des produits laitiers. En mai dernier, le même laboratoire indépendant avait déjà détecté du Fipronil dans des échantillons de margarine et d'huile de tournesol, prélevés dans le commerce

Un produit suspendu
Au ministère de l'agriculture, on rappelle que le ministre de l'Agriculture Hervé Gaymard a déjà suspendu l'autorisation de commercialisation du Regent, le produit incriminé, et ce depuis le 23 février. De plus, les deux propriétaires successifs de la marque Regent, Bayer CropScience France et BASF Agro ont déjà été mis en examen dans l'enquête sur l'insecticide. C'était manifestement insuffisant pour le président du Conseil général de Vendée Philippe de Villiers (MPF). Vendredi, après la divulgation de l'analyse du lait vendéen, il a demandé au ministre de l'Agriculture une "réaction immédiate pour entreprendre des expertises sur les insecticides Gaucho et Régent dans tous les usages ménagers, domestiques et agricoles". Philippe de Villiers a par ailleurs estimé que "les responsables de cette catastrophe sanitaire devront répondre de cette incurie devant les tribunaux".
Actuellement les effets des pesticides à faible dose sur la santé sont encore mal connus, mais ils sont néanmoins suspectés de modifier le système de la reproduction, et d'entraîner des troubles neurologiques.

Des pesticides dans la moitié des fruits et légumes en France
Une étude annuelle publiée par Bruxelles dans 18 pays d'Europe montre que près de 53% des échantillons de fruits, légumes et céréales consommés en France en 2002 présentaient des traces de pesticide, dont 44% en dessous des normes légales, et 8,9% en infraction aux normes (LMR, ou limite maximale de résidu). Seuls 47% ne contenaient aucune trace décelable. L'étude tempère les données par les difficultés de comparaison entre pays, du fait des disparités des contrôles, plus ou moins sévères. Néanmoins, elle note l'absence d'amélioration sur la durée. Les dépassements de LMR concernent surtout les épinards, les haricots, les oranges, mandarines, pêches et nectarines. Les pesticides comprennent les fongicides, insecticides et herbicides, dont la France est le troisième consommateur mondial derrière les Etats-Unis et le Japon.