deutsch
english
francais
italiano
espanol
Photo
Institute / USA

Communiqué de presse du 1 septembre 2008
Coordination contre les méfaits de BAYER

Incident mortel dans une «usine-sœur» de Bhopal

un mort / Il a déjà été débattu des problèmes de sécurité à l’Assemblée générale de Bayer.

Une grave explosion s’est produite dans l’usine états-unienne d’Institute. Une boule de feu de plusieurs dizaines de mètres de haut s’est élevée au-dessus du site. Un ouvrier est mort, un autre a été gravement brûlé. Des riverains se sont plaints de maux de tête. La secousse a été ressentie jusqu’à plus de 15 km. Des milliers de gens, dans les villes de South Charleston, Cross Lane, Dunbar et St-Alban ont été invités à ne pas quitter leur domicile. L’autoroute voisine a été fermée au trafic.

Selon les premiers témoignages, l’explosion s’est produite dans sur un des sites de fabrication du méthomyl, un pesticide extrêmement toxique. On ne sait pas au juste si des constituants actifs toxiques du pesticide se sont également échappés. Kent Carper, le président du district administratif dont dépend Institute (Kanawha County) s’est montré très critique : « L’usine ne nous fournit les informations qu’au compte-gouttes. Elles sont parfaitement inutilisables. »

Selon Philipp Mimkes, de la Coordination contre les méfaits de Bayer (CBG) « de graves incidents se produisent régulièrement à Institute. La direction de l’usine doit en premier lieu vérifier immédiatement si des composés dangereux, tels que le méthomyl ou l’isocyanate de méthyle se sont ou non échappés. En outre nous renouvelons notre exigence : supprimer les très dangereux réservoirs de l’isocyanate de méthyle présents à Institute. L’explosion montre une fois de plus que la sécurité des riverains n’est pas garantie. » Lors de la dernière assemblée générale de Bayer, la CGB avait fait une contre-proposition relative aux conditions de sécurité insuffisante à l’usine d’Institute ; mais la direction l’avait rejetée comme « infondée ».

Dans les années 80, l’usine d’Institute appartenait à Union Carbide; on la considère comme une « usine -sœur » de Bhopal, en Inde. L’usine de Bhopal a rejeté en 1984 environ 30 tonnes d’isocyanate de méthyle (MIC) dans l’atmosphère. Cet accident, le plus grave de toute l’histoire de la chimie, a fait alors au moins 15 000 victimes. La catastrophe attira l’attention de l’opinion publique sur l’usine d’Institute, où étaient stockées de grandes quantités d’isocyanate de méthyle. En dépit de toutes les affirmations de la direction, qui protestait de l’absence totale de danger à Institute, il se produisit là aussi un accident, en août 1985 : un nuage incandescent constitué d’environ 2 tonnes de produits chimiques toxiques, dont le très dangereux gaz Aldicarb, survola les zones d’habitation situées à proximité de l’usine. Plus de 300 riverains durent recevoir des soins médicaux.

Un autre accident notable se produisit en août 1994; une explosion détruisit alors une partie de la chaîne de production de pesticides. Un ouvrier mourut sur le coup, et un autre au moins succomba plus tard des suites de l’accident. Les autorités compétentes pour la sécurité au travail (OSHA) infligèrent à l’usine une amende de 1,7 millions de dollars pour « manquement volontaire aux règles de sécurité ». L’usine était alors la propriété de Rhône-Poulenc.

En 2001 c’est Bayer qui en devint le propriétaire. Alors que les stocks allemands de produits hautement toxiques, tels que le phosgène ou l’isocyanate de méthyle, avaient été fortement réduits par Bayer après la catastrophe de Bhopal, les réservoirs d’Institute restèrent en l’état. Aujourd’hui Institute est le seul site aux USA qui produit et stocke de grandes quantités d’isocyanate de méthyle et de phosgène. Les produits chimiques qui se sont échappés à Bhopal se trouvent en permanence dans l’usine, en quantité au moins double. Y sont également stockées de cinq à trente tonnes de phosgène, un gaz toxique utilisé comme gaz de combat durant la Première guerre mondiale. Selon un scénario catastrophe établi en 1994 on pourrait, en cas d’accident majeur, rencontrer des cas d’intoxication mortels dans un périmètre de plusieurs kilomètres.

Le dernier incident arrivé à Institute est l’explosion, survenue le 28 décembre 2007, de plusieurs fûts contenant du Thiodicarb (un pesticide). Des dizaines de riverains ont dû recevoir des soins pour des maux de tête et des problèmes respiratoires. Plusieurs jours après l’entreprise minimisait toujours les faits, parlant d’«odeur désagréable mais inoffensive». Mais en fait le Thiodicarb est classé parmi les intrants agricoles les plus toxiques. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) déclare que l’agent actif du Thiodicarb est « extrêmement toxique » et « potentiellement cancérigène ». Il a été interdit par l’UE. L’an dernier, 154 organisations dans 35 pays différents ont exigé de la firme Bayer le retrait de tous les pesticides classés en catégorie I (danger maximal), où figure le Thiodicarb.

Informations complémentaires:
1 killed, 1 injured in W.Va. chemical plant blast
Institute (USA) : le gaz de Bhopal est produit en usine par Bayer