deutsch
english
francais
italiano
espanol
Photo
L´Endosulfan

Communiqué de presse du 11 septembre 2010
Coordination contre les méfaits de BAYER

Au Brésil un pesticide fabriqué par Bayer contamine le soja

« Il faut interdire immédiatement la vente de l'endosulfan et dédommager les paysans »

Dans le Sud du Brésil la récolte de soja des petits agriculteurs bio est contaminée par l'endosulfan, un pesticide à haut risque. Ce poison est commercialisé, entre autres par la firme allemande Bayer CropScience. Sous la pression de l'opinion publique Bayer a certes annoncé qu'elle cesserait de vendre de l'endosulfan au plus tard à la fin de l'année - de toute évidence pour prendre d'ici là le temps d'écouler ses stocks.

Philipp Mimkes, de la Coordination contre les méfaits de Bayer, déclare: "Nous demandons à la firme Bayer d'arrêter immédiatement la vente de l'endosulfan. En outre elle doit indemniser les paysans bio de Capanema. Il est tout simplement impossible de s'exposer sans danger à des produits toxiques tels que l'endosulfan, et donc le producteur doit être tenu responsable de ses retombées."

Ces dernières années la pollution par pesticides a énormément augmenté autour de Capanema. Les fautifs n'en sont pas les agriculteurs bio, qui n'utilisent pas d'intrants chimiques, mais l'emploi massif d'endosulfan dans les plantations avoisinantes. De grandes quantités de produit toxique s'évaporent et se déposent ensuite sur les champs limitrophes. Les normes sévères du bio interdisent ensuite de vendre la récolte. Les agriculteurs se retrouvent ruinés.

Les petits paysans de Capanema ont en conséquence lancé une pétition pour demander au gouvernement brésilien d'interdire immédiatement trois produits toxiques : l'endosulfan, le paraquat et le methamidophos. L'an dernier le Brésil a importé 2000 tonnes d'endosulfan. Dans la seule commune de Capanema on a utilisé plus de 5 tonnes, soit le double des années précédentes. « Le Brésil devient une vraie poubelle. Tous les pesticides douteux qu'on ne peut plus vendre nulle part sont envoyés ici », déplore Rosany Bochner, toxicologue à l'institut brésilien Fiocruz.

L'entreprise suisse de commerce équitable gebana a analysé le soja cultivé biologiquement à Capanema et y a trouvé 0,05ppm d'endosulfan. Une quantité certes très inférieure au seuil légal de 0,5ppm mais cependant trop élevé pour un produit bio. Les paysans qui cultivent leurs champs de façon rigoureusement biologique perdent ainsi leurs moyens d'existence. C'est pourquoi gebana a lancé la campagne " chega " - en français " Assez ! "

L'endosulfan est interdit dans 60 pays, en Europe depuis 20 ans. Mais Bayer continue à exporter son pesticide. L'endosulfan est également toujours fabriqué en Chine, Inde, et Israël. Il attaque le système nerveux et les reins, perturbe la circulation sanguine, causant toujours de nouveaux décès. 99% des accidents touchent les travailleurs et travailleuses agricoles du " Tiers Monde ", car ils ne disposent pas de vêtements de protection et ne comprennent pas les mises en garde imprimées sur le produit. Si ce produit était inscrit l'an prochain sur la liste de la Convention de Stockholm, cela reviendrait à l'interdire dans le monde entier. Traducteur: Michèle Mialane, published by Fausto Giudice (Tlaxcala)

La pétition peut être signée sur le site http://www.chega.org

Voir aussi : Il faut retirer du marché les plus dangereux des pesticides produits par Bayer !