deutsch
english
francais
italiano
espanol
Photo
Riz OGM
Carlos Latuff / Libre reproduction

Communiqué de presse du 11 juillet 2011
Coordination contre les méfaits de BAYER

Riz génétiquement modifié :

Bayer condamné à 516 millions d’euros de dommages et intérêts

La firme Bayer est condamnée à verser plus d’un demi-milliard de dommages et intérêts à des agriculteurs américains dont les récoltes avaient été contaminées par un riz transgénique. En 2006 le riz Liberty Link 601, résistant aux herbicides et déclaré impropre à la consommation humaine avait été retrouvé dans le monde entier. L’UE et le Japon avaient aussitôt stoppé leurs importations en provenance des USA. Pour que l’accord soit ratifié, il doit être accepté par des riziculteurs produisant au total 85% du riz long grain cultivé aux USA.

À ce sujet Philipp Mimkes, membre du Comité directeur de la Coordination contre les méfaits de Bayer (CBG) déclare : « Nous félicitons les producteurs de riz de leur succès obtenu de haute lutte. En outre nous invitons l’Union européenne à rejeter définitivement la demande de Bayer Cropscience d’autoriser l’importation de riz résistants aux herbicides. Le scandale de la contamination du riz états-unien montre une fois de plus que les risques liés aux plantes génétiquement modifiées sont tout simplement incalculables. »

La Coordination contre les méfaits de Bayer travaille depuis des années en coopération avec les avocats des agriculteurs US et elle est intervenue à plusieurs reprises - cette année aussi- à l’Assemblée générale de Bayer pour demander l’arrêt de la production du riz « Liberty-Link » . CBG rappelle aussi qu’à une certaine époque BAYER s’était moquée des agriculteurs touchés, voyant dans les pollinisations croisées le « doigt de Dieu ». Il a fallu des procès coûteux, tous gagnés par les riziculteurs, pour que la firme soit enfin contrainte à verser les dédommagements précités. « Cette contamination à grande échelle n’était nullement inévitable. Nous-mêmes et d’autres associations de défense de l’environnement avions déjà prévenu il y a plusieurs années que le riz LL entraînerait des pollinisations croisées au détriment des variétés traditionnelles » poursuit Philipp Mimke.

La Coordination contre les méfaits de Bayer fait campagne depuis 2004 pour que l’UE refuse l’importation du riz transgénique LL62 . Comme le LL601, ce riz est résistant aux herbicides à base de glyphosate. À plusieurs reprises le Conseil des Ministres de l’UE a voté en défaveur de la demande de BAYER, mais celle-ci n’a toujours pas été retirée. Le riz Liberty Link serait le premier aliment génétiquement modifié à recevoir non seulement un agrément pour la nourriture du bétail, mais à se retrouver directement dans l’assiette des consommateurs.

La culture à grande échelle du riz LL provoquerait dans les pays où il est cultivé un accroissement du nombre des parasites et donc un emploi accru de pesticides dangereux. Il menace aussi la survie de variétés traditionnelles adaptées à l’environnement local, principalement en Asie, mettant ainsi en péril, à terme, la sécurité alimentaire. En outre, le glyphosate, herbicide associé au riz LL, est extrêmement toxique; la molécule active appartient au groupe de pesticides dont les risques avérés pour les utilisateurs et les consommateurs excluent désormais toute autorisation en Union européenne. Bien que ce produit toxique soit désormais interdit en Europe, Bayer a augmenté ses capacités de production destinée à l’exportation - c’est ce que CBG appelle un exemple classique de « deux poids, deux mesures ».

En savoir plus :
· L'Union Européenne ne doit pas autoriser le riz génétiquement modifié de Bayer
· Riz GM: BAYER condamné à payer des dommages-intérêts
· Il faut retirer le glufosinate du marché !