deutsch
english
francais
italiano
espanol
Photo
Xarelto

Communiqué de presse du 12 Avril 2013
Coordination contre les méfaits de BAYER

58 décès en Allemagne / Réunion annuelle des actionnaires de Bayer le 26 avril

XARELTO: un nouvel anticoagulant Bayer contesté

Les inquiétudes concernant la sécurité de l’anticoagulant Xarelto n’ont pas été dissipées. Les premières utilisations ont provoqué plusieurs décès. En outre, on a eu recours à des pratiques douteuses pour lancer le produit sur le marché. Il existe des craintes justifiées qu’un produit hautement risqué et trop cher, sans nouveaux bénéfices thérapeutiques, soit introduit sur le marché de force.

Il existe des doutes considérables relatifs à la sécurité du nouvel anticoagulant Xarelto que Bayer essaie à toute force de mettre sur le marché. Des données de l’Institut fédéral allemand pour les médicaments et les engins médicaux (BfArM), que la Coordination contre les méfaits de BAYER a obtenues sur sa demande, révèlent, que l’an dernier, rien qu’en Allemagne, on a dénombré 58 décès consécutifs à l’usage de ce médicament et 750 cas d’effets secondaires sérieux.

Aux USA, l’autorisation de ce produit destiné au traitement des thromboses coronaires est retardé. Vu le risque élevé d’hémorragie, la FDA a demandé récemment à Bayer de fournir de nouvelles données sur les risques du Xarelto. En février 2012, la FDA avait déjà critiqué Bayer parce que trois décès n’avaient pas été signalés dans les dossiers.

Précédemment Bayer avait déjà rencontré des problèmes dans les processus d’autorisation aux USA pour les indications « prévention de thrombose dans le genoux et la chirurgie de la hanche » et « prévention d’attaques d’apoplexie et d’embolies pour les patients atteints de fibrillation atrial». Le FDA affirmait, entre autres, que Bayer ne fournissait pas correctement les dosages pour des participants d’étude dans le groupe de contrôle traité au Warfarin (voisin du Marcumar).

Les experts conseillent de ne pas utiliser Xarelto et plaident en faveur de la poursuite de l’emploi de médicaments reconnus (Marcumar ou Warfarin). Outre des considérations de prix – ils sont 15 fois meilleur marché que Xarelto – l’argument principal en faveur de Marcumar ou Warfarin est qu’il existe un antidote en cas d’hémorragies graves. Ce qui n’est pas le cas pour Xarelto.

Le processus d’approbation de Xarelto a été difficile dès le départ à cause de ses nombreux effets secondaires et de l'absence de précision quant aux effets à long terme. En Inde, au moins quatre personnes participant à des tests du Xarelto sont décédées. Dans chaque cas, Bayer a payé aux ayant-droits survivants la modeste somme de $ 5.250 en compensation. C’est pourquoi, aux USA, le Xarelto sera mis sur le marché avec un avertissement: les patients ne doivent pas interrompre le médicament sans consulter un médecin, car sinon il existe un risque accru d’attaques d’apoplexie.

Axel Koehler-Schnura de la Coordination contre les méfaits de BAYER a déclaré: « C’est mal de la part de Bayer de pousser à la commercialisation d’un médicament uniquement pour des raisons de profit face aux doutes énormes relatifs à sa sécurité. La compagnie aurait dû avoir tiré les leçons des scandales LIPOBAY, TRASYLOL et YASMIN. En principe, des médications qui n’offrent aucun bénéfice par rapport à des produits plus anciens ne devraient pas recevoir l’autorisation de mise sur le marché.»

La Coordination contre les méfaits de BAYER surveille Bayer depuis plus de 30 ans. La Coordination a introduit des contre-motions pour la prochaine rencontre actionnaire que la compagnie a publiée sur son site Internet : www.bayer.com/en/stockholder-counter-motions.aspx