deutsch
english
francais
italiano
espanol
Photo
Monoxyde de Carbone

Communiqué de presse du 4 Avril 2014
Coordination contre les méfaits de BAYER

« Les gaz toxiques doivent rester en dehors des régions habitées »

BAYER: Manifestations contre le transport de monoxyde de carbone par pipelines

L’entreprise chimique et pharmaceutique BAYER a l’intention de transporter du gaz de monoxyde de carbone en traversant des régions densément peuplées. Cette action crée un précédent dangereux. Jusqu’ici, les substances toxiques n´étaient pas été transportées par pipelines. Le projet est fortement contesté en Allemagne.

La compagnie BAYER a construit un pipeline de 67 km de long pour le transport du monoxyde de carbone (CO) afin de connecter ses fabriques dans les villes de Dormagen et de Krefeld. Le CO est hautement toxique. L’inhalation de quelques centaines de millilitres peut être fatale. Les autorités allemandes admettent qu’il n’y a pas « de rapports détaillés d’expériences avec des pipelines transportant du CO parce qu’il n’existe pratiquement pas de tels pipelines ailleurs dans le monde ».

Les spécialistes en pipelines suggèrent que le risque d’échappement de gaz peut être réduit par des mesures techniques, mais qu’il ne peut pas être entièrement éliminé. Les dommages dus à la rupture du pipeline suite à un tremblement de terre, des activités de construction, une chute d’avion, des munitions non explosées datant de la Seconde Guerre mondiale ou par une attaque terroriste ne peuvent pas être exclus. Un rapport d’experts demandé par le district voisin de Mettmann a conclu qu’en cas d’accident, plus de 140.000 habitants seraient en grave danger.

La police, le département d’incendies et les services médicaux ont déclaré que dans l’éventualité d’un accident, ils ne peuvent pas garantir la sécurité de la population. C’est pourquoi toutes les municipalités touchées sont opposées au pipeline. Plus de 120.000 personnes ont déjà signé des pétitions de protestation.

Philipp Mimkes de la Coalition contre les méfaits de BAYER dit : « Des gaz toxiques comme le chlore, le CO ou le phosgène doivent être produits – est-ce bien nécessaire ? – de manière décentralisée dans des fabriques bien protégées et doivent être utilisés sur place. On ne devrait pas transporter de matériaux aussi dangereux. Il est irresponsable d’exposer la population à ce risque évitable. » La Coalition a introduit une contre-motion lors de la prochaine rencontre d’actionnaires de BAYER et discutera la question lors de cette réunion, le 29 avril. D’après la Coalition, le Conseil d’administration ne devrait pas être réélu à cause de son soutien à ce projet controversé.

Dans le permis du pipeline, les risques pour la population et les expropriations nécessaires étaient justifiés comme « bénéfique à l’intérêt public ». En fait, ces bénéfices n’existent pas pour le public. Le but du pipeline est de faire un meilleur usage des installations de production existant à Dormagen et Krefeld. Mais des coûts inférieurs pour une compagnie – qui sont discutables, pour commencer – n’ont rien à voir avec l’intérêt public. C’est pourquoi les expropriations sont illégales. Le tribunal d’appel administratif (Oberverwaltungsgericht) à Muenster a exprimé des objections semblables déjà en décembre 2007, et c’est pourquoi le pipeline, qui a déjà été construit, n’a toujours pas un permis de fonctionner.

L’excès de CO à Dormagen dont BAYER faisait état au début n’existe plus. Au contraire : la construction d’une nouvelle fabrique TDI à Dormagen signifie qu’un autre transformateur de vapeur pour la production de CO doit être construit à cet endroit. Cependant, la nouvelle usine de production de CO pourrait aussi être construite à Krefeld, et dans ce cas, on n’a pas besoin du pipeline. Cela a aussi été la conclusion du dernier rapport du gouvernement de l’état qui a établi que la construction du pipeline n’était pas nécessaire. D’après l’enquête, il existe plusieurs options pour une production de CO décentralisée qui pourrait même être moins chère.

Les affirmations répétées de BAYER que les « pipelines sont le meilleur moyen de transport en termes de sécurité et d’impact environnemental» sont trompeuses. Ces déclarations impliquent que le pipeline remplacerait d’autres moyens de transport, c´est à dire par bateau ou par camion. En réalité, le CO n’est pas transporté en quantités significatives en raison de contraintes sécurité rigoureuses et coûteuses.

L’accident dans la fabrique Brunsbuettel de BAYER le 25 septembre 2013, montre combien le maniement du CO est dangereux. D’après les rapports de la police, deux employés se sont trouvés dans un état de santé critique. Manier du CO est extrêmement dangereux, même dans des usines bien protégées avec des employés compétents. C’est pourquoi il est tellement important d’empêcher le transport au travers de régions non protégées.