deutsch
english
francais
italiano
espanol
Photo
Yasmin
Felicitas Rohrer (à gauche) à l’Assemblée générale de BAYER, le 27. mai à Cologne

Communiqué de presse du 15 décembre 2015
Coordination contre les méfaits de BAYER

La pilule contraceptive qui accroît les risques de thrombose

Premier procès intenté à BAYER en Allemagne

Le Tribunal de grande instance de la ville de Waldshut ouvre le 17 décembre un procès contre la firme pharmaceutique BAYER en raison de l’accroissement des risques de thrombose lié à la prise de nouvelles pilules contraceptives. La plaignante est Felicitas Rohrer. Cette jeune femme a pris la pilule Yasminelle à partir d'octobre 2008. Sa gynécologue ne voyant aucune contre-indication, la jeune fille, très sportive, se laisse tenter par un échantillon gratuit. Mais au bout de quelques semaines, elle respire plus difficilement, puis des douleurs apparaissent. En juillet 2009, après un évanouissement, elle est emmenée aux urgences et opérée : ses poumons sont pleins de sang. Les médecins recherchent les causes de cette embolie pulmonaire. Felicitas Rohrer n'est porteuse d'aucune maladie auto-immune, n'a aucun antécédent, sa famille non plus : Yasminelle est la seule responsable possible.

Commentaire de Felicitas Rohrer : „Je suis contente qu’un procès s’ouvre enfin en Allemagne. Il y a tant de pays où BAYER a été traduit en justice en raison des pilules contraceptives à la drospirénone. Il est temps que chez nous aussi nous ayons une jurisprudence à ce sujet!“ Rohrer exige 200.000 Euro de dommages et intérêts et de pretium doloris. Son avocat représente également huit autres personnes lésées.

À l’invitation de la Coordination contre les méfaits de BAYER, Madame Rohrer a plusieurs fois pris la parole au cours de l’AG de BAYER. Le PDG n’a toutefois répondu ni à sa demande d’entretien ni à celui d’une interdiction de ce groupe de produits.

Philipp Mimkes de la Coordination contre les méfaits de BAYER exige l’interdiction : « Les pilules contraceptives doivent empêcher la conception. Les anciennes pilules le font aussi bien que les nouvelles. Les graves effets secondaires liés à la prise de Yasminelle et de Yasmin sont en grande partie évitables“. L’an dernier, ce groupe de produits a représenté pour BAYER un chiffre d’affaires s’élevant à 768 millions d’euros.

En France la Sécurité sociale ne rembourse plus les pilules à la drospirénone ; après cette décision le nombre de thromboses mortelles chez les jeunes femmes a fortement reculé. Les autorités sanitaires britanniques, norvégiennes, danoises et du Bénélux mettent en garde contre l’accroissement des risques.

Aux USA la firme BAYER a déjà dû verser 1,9 milliards de dollars de dédommagements aux victimes de la drospirénone, et des milliers de plaintes sont en cours de traitement.

Selon la Food and Drug Administration (FDA), aux USA, au moins 190 femmes sont décédées après avoir pris du Yaz/Yasmin. La FDA a analysé des études qui ont porté sur plus de 800.000 femmes ayant utilisé différents moyens de contraception entre 2001 et 2007. La FDA estime que les pilules contraceptives contenant de la drospirénone voyaient leur risque de formation de caillot sanguin multiplié par 1,5 comparativement aux utilisatrices de pilules plus anciennes. Deux études publiées dans le British Medical Journal ont même conclu que les pilules Yaz et Yasmin triplaient et doublaient respectivement le danger de graves thromboses par rapport à la précédente génération de contraceptifs oraux.

En savoir plus :
=> Contraceptifs: Participation à l'Assemblée Générale de BAYER à Cologne
=> Yaz / Yasmin: Les victimes demandent leur interdiction